Portail officiel du sport en fédération Wallonie-Bruxelles

Sport-Adepssport-adeps.be

Adeps et société
Etude interpellante sur la maltraitance dans le sport

Actu

Etude interpellante sur la maltraitance dans le sport

Ce vendredi 19 novembre, l'ADEPS a dévoilé les résultats d'une étude relative à la maltraitance des enfants dans le sport, avec un focus sur le milieu sportif en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Cette enquête, commandée par l'ADEPS et menée par l'Université d'Anvers dans le cadre d'une étude européenne "CASES : La maltraitance des enfants dans le sport - Statistiques européennes", s'est penchée sur l'expérience de 1.472 jeunes adultes (hommes et femmes), actuellement âgés de 18 à 30 ans, qui pratiquaient un sport organisé avant l’âge de 18 ans. Cette étude en ligne s’intéressait à leur vécu en termes de violence interpersonnelle dans et en dehors du contexte sportif.

Le terme violence englobe des comportements comme le harcèlement, l’intimidation, la taquinerie. Pour le milieu sportif, il a été considéré la violence comme un acte ou un comportement délibéré et non accidentel. 5 formes de violences ont été analysées : la négligence (manque de soins médicaux, obligation d’abandonner l’école…), la violence psychologique (humiliations, critiques sur le physique, jurons, menaces…), la violence physique (exercice physique en guise de punition, agression physique…), la violence sexuelle sans contact (commentaires et regards inappropriés, exhibition…) et la violence sexuelle avec contact (embrassade forcée, contact génital forcé…).

Parmi les grands enseignements de cette étude, il ressort notamment que :

  • 86% des sondés déclarent que leur expérience globale du sport avant leurs 18 ans est bonne à très bonne.
  • La violence psychologique constitue le 1er type de violence la plus fréquente subie en milieu sportif pour 67.6% des sondés. La violence physique est seconde (51.8%) devant la violence sexuelle sans contact (40.6%), la négligence (40.2%) et la violence sexuelle avec contact (25.4%).  
  • En milieu sportif, les garçons, en comparaison des filles, subissent plus de négligence (60.2% pour 38.9%), de violence physique (68.7% pour 53.9%) et de violence sexuelle avec contact (47.6% pour 28.4%).
  • L’exposition à la violence interpersonnelle augmente avec le niveau de compétition. 
  • Les sondés issus d'un groupe ethnique minoritaire font état d’un plus grand nombre d’expériences de violence interpersonnelle en milieu sportif. Cette tendance est constatée également pour les personnes pratiquant du handisport ou du sport adapté.
  • La violence interpersonnelle provient principalement soit d’un pair (coéquipier, …) soit d’un entraîneur.
  • Pour toutes les formes de violence, la majorité des sondés reconnaît ne pas en avoir parlé.

Cette étude conforte le travail entamé depuis plusieurs années par l'ADEPS et permettra d’affiner et de préciser son plan d’actions en matière de prévention de la maltraitance dans le sport

Liens sur la thématique

Tous les articles